AGRICULTURE ET DEVELOPPEMENT RURAL

Print this pageEmail to someoneShare on FacebookGoogle+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Dans le rapport sectoriel se rapportant à l’agriculture, les données du secteur sont mises en relation avec celles du milieu naturel et des facteurs de production pour comprendre les déterminismes et les limites actuelles de l’agriculture de la région en termes de création de richesses et d’emploi. Cet aspect est en effet fondamental pour l’aménagement du territoire, car, de l’importance des flux de richesses et de populations entre le milieu rural et le milieu urbain dépendra, pour une large part, l’organisation future du territoire de la région.

Il en ressort que le secteur agricole dans la région de Fès-Boulemane constitue l’un des secteurs principaux de l’activité économique et qu’il a connu au cours des dernières décennies des mutations profondes. Les productions, toutes filières confondues, ont augmenté, notamment pour ce qui concerne les arbres fruitiers ; les périmètres irrigués se sont multipliés et l’élevage intensif et moderne s’est développé. A la base de ces performances remarquables, il y a un facteur décisif : l’intervention multiforme de l’Etat.

Dans l’ensemble, le secteur agricole dans la région peut s’appuyer sur des atouts appréciables pour se développer avec :

  • des possibilités de planification plus efficientes en matière de ressources hydrauliques permettant une économie d’eau d’irrigation,
  • une activité agro-industrielle bien ancrée dans la région (huileries, minoteries, unités de câpres…) et une importante infrastructure privée (lait, céréales),
  • une disponibilité importante en terres bour permettant des aménagements fonciers (remembrement, immatriculation, défoncement, épierrage, désenclavement),
  • des possibilités importantes en matière de valorisation des productions et de développement de la productivité, notamment au niveau des principales filières (olivier, lait, céréales, viandes rouges, viandes avicoles et produits de terroir),
  • l’existence d’un savoir-faire en matière de production agricole,
  • l’existence de structures d’encadrement adéquates (ressources humaines, organisations professionnelles des agriculteurs telles que les associations et les coopératives…).

Cependant, ce développement devra faire face à :

  • une structure agraire non favorable au développement et à l’intensification de l’agriculture (prédominance de la micro-propriété, morcellement des exploitations),
  • une faible immatriculation des propriétés agricoles limitant l’accès aux crédits,
  • une utilisation peu rationnelle de l’eau d’irrigation,
  • l’inefficacité de certaines organisations professionnelles en matière d’acquisition des intrants et de commercialisation des productions,
  • l’affaiblissement de l’encadrement local dans les centres de travaux.

Pour ce faire, le secteur de l’agriculture dans la région devra saisir les opportunités qui s’offrent à lui avec le plan Maroc Vert. Il devra également anticiper certaines menaces telles que :

  • l’irrégularité des précipitations, sécheresse sur plusieurs années, crues, grêle et neige,
  • l’érosion,
  • la régression des eaux souterraines et le tarissement de certaines sources,
  • la forte pression sur les ressources : expansion urbaine aux dépens des meilleures terres agricoles, déforestation, charge animale sur les parcours,
  • les difficultés de plus en plus accrues des exploitations agricoles vulnérables face aux implications de l’ouverture de l’économie nationale au marché extérieur.

Occupation du sol de la région de Fès Boulemane

Territorialement, quatre grandes zones se partagent l’espace de la région. Dénommées Unités Territoriales Agricoles ( UTA) par le plan Maroc vert, ces zones correspondent aux grandes unités naturelles et possèdent chacune des potentialités de développement spécifiques. Ainsi pour chaque UTA, les filières à fort potentiel de développement sont :

  1. Les collines du pré-rif : système de collines peu élevées aux sols marneux moyennement fertiles avec des potentialités en céréales, maraichage, câprier, olivier et élevage bovin.
  2. Le Saïss : plaines constituées de vertisols et hamri avec des potentiels en céréales, légumineuses, maraichage, olivier, lait, et viandes avicoles.
  3. Le Moyen Atlas : groupe de grands reliefs avec des sols bruns fertiles et des potentialités en viandes rouges et avicoles, rosacées et produits du terroir (miel, safran, et lavande).
  4. Les plateaux de la Moulouya : caractérisés par des sols minéraux et des potentialités en rosacées, maraichage, olivier et viandes rouges.

Unités Territoriales Agricoles ( UTA) de la région de Fès Boulemane

Ces espaces pourront convenir pour le SRAT comme espaces portant une vision intégrée du développement rural avec des actions et mesures spécifiques à chacun d’entre eux. Outre les actions sectorielles prises en charge notamment par le plan Maroc vert, le SRAT envisagera les actions d’organisation et d’équipement du territoire devant favoriser les synergies et permettant d’atteindre les objectifs de répartition des populations et des activités dans la région.

Laisser un commentaire